Le 7 janvier 2022

Monsieur Graham Lloyd
Chef de la direction du Conseil des employeurs des collèges

Cher Graham,

Les membres du personnel scolaire représentés par l’OPSEU/SEFPO, qui travaillent dans les 24 collèges publics de l’Ontario, ont maintenant entamé la phase 2 de leur grève du zèle, dans le cadre d’une mesure de grève légale qui a débuté le 18 décembre 2021.

Comme vous le savez, la grève du zèle est une forme de grève légale, conformément à la Loi sur la négociation collective dans les collèges (LNCC). Le CEC le sait et a répondu à l’action de grève de l’OPSEU/SEFPO sur son site Web. De toute évidence, il n’y a aucune confusion sur le fait que nos membres sont engagés dans un mouvement de grève.

Et il ne devrait pas non plus y avoir de confusion quant à la portée de ce mouvement de grève. L’OPSEU/SEFPO a été très clair sur la portée et a indiqué clairement que nos membres n’accompliront pas de tâches autres que celles énoncées strictement dans la convention collective, et là où il y a lieu, par les exigences de leurs formulaires de charge de travail, y compris la participation à des activités d’orientation.  Ces tâches sont celles qu’un employé en grève ne doit pas accomplir. Accomplir ces tâches équivaudrait à traverser une ligne de piquetage.

Toute instruction de l’employeur demandant au personnel scolaire de ne pas participer à une activité de grève – ou toutes représailles ou menaces de représailles en raison de leur participation – sera considérée comme une ingérence dans les activités du syndicat et l’OPSEU/SEFPO prendra toutes les mesures nécessaires. Nous ne tolèrerons pas que nos membres puissent être intimidés, être contraints ou faire l’objet de mesures de représailles.

Vous pouvez imaginer à quel point il a été déconcertant d’apprendre que nos membres reçoivent des menaces par l’intermédiaire du système de communication des employeurs dans les 24 collèges. Graham, c’est de l’antisyndicalisme classique. Je suis ici depuis suffisamment longtemps pour savoir comment ça se passe. Certains de nos membres ont été ciblés par l’employeur et menacés de mesures disciplinaires.

Je vous écris aujourd’hui pour vous demander de mettre fin à ces tactiques d’intimidation préjudiciables et pour vous rappeler que de telles tactiques constituent une éventuelle violation de la LNCC. Notre syndicat continuera de soutenir les membres du personnel scolaire des collèges et de défendre fièrement tous les membres qui font face à des représailles et des mesures disciplinaires.

Il est temps de faire retomber la pression et de retourner à la table.

Veuillez agréer l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Warren (Smokey) Thomas, président de l’OPSEU/SEFPO

c. JP Hornick, présidente de l’équipe de négociation du personnel scolaire des CAAT

Autres mises à jour sur les négociations

Le personnel scolaire fixe un délai de grève

TORONTO – Quelque 16 000 membres du personnel scolaire des 24 collèges publics de l’Ontario ont déclaré qu’ils tomberont en grève à minuit une vendredi 18 mars si le Conseil des employeurs des collèges (CEC) s’entête à refuser l’arbitrage volontaire des différends.  ...

L’avis juridique appuie les propositions du personnel scolaire

Tout au long de cette ronde de négociation, le Conseil des employeurs des collèges (CEC) a refusé à maintes reprises de négocier les questions importantes concernant la charge de travail, la dotation en personnel ou l'équité pour le personnel scolaire à charge...

FAQ sur la grève du zèle

Ce document sera révisé et mis à jour, le cas échéant Mis à jour le 16 décembre 2021Une grève du zèle est un moyen de pression durant lequel les employés font leur travail exactement comme indiqué par les dispositions de leur contrat ou de leur description de poste....

Grève du zèle : Phase 2

Commence à 00 h 01, le 3 janvier 2022 (Si aucun règlement ou aucun accord sur le prolongement des conditions existantes n'est conclu avant cette date) Focus L'imposition des conditions par la direction empêche l’établissement de bonnes relations de travail. Ce sont...