TORONTO – Quelque 16 000 membres du personnel scolaire des 24 collèges publics de l’Ontario ont déclaré qu’ils tomberont en grève à minuit une vendredi 18 mars si le Conseil des employeurs des collèges (CEC) s’entête à refuser l’arbitrage volontaire des différends.  

L’équipe de négociation du personnel scolaire a envoyé une lettre ouverte aux présidents des collèges aujourd’hui, les invitant à faire ce qui se doit pour protéger à la fois les étudiants et leur année scolaire.  

Selon JP Hornick, présidente de l’équipe de négociation, le personnel scolaire tente désespérément d’éviter une grève, mais le CEC refuse de négocier et ne veut pas se montrer raisonnable.  

« Nos membres se battent pour offrir la meilleure éducation qui soit aux étudiants », a déclaré Mme Hornick. « Nous n’avons fait aucune demande déraisonnable; toutes nos revendications sont réalistes. »  

Le personnel scolaire représenté par l’OPSEU/SEFPO a rejeté l’offre finale que le CEC a essayé d’imposer le mois dernier.  

En décembre dernier, plutôt que de former une ligne de piquetage, le personnel scolaire avait entamé une grève du zèle. 

« Le personnel scolaire a fait de son mieux pour limiter l’impact de la grève sur les étudiants et pour éviter un piquet de grève », a dit l’équipe de négociation dans sa lettre. « Malgré ça, vous avez de nouveau intensifié vos menaces contre des membres individuels du personnel scolaire et vous semblez vouloir vous diriger vers un lockout plutôt que vers la négociation d’un accord. »  

L’arbitrage des différends est une pratique couramment utilisée dans le secteur de l’éducation postsecondaire et pour d’autres services essentiels. Afin d’éviter une grève ou un lockout, les parties en cause font appel à un arbitre neutre pour résoudre un conflit de travail. Chaque partie présente ses propositions à l’arbitre et celui-ci cherche un compromis acceptable pour les deux parties, basé sur leurs propositions.

Mais le CEC essaie d’imposer une autre forme d’arbitrage, dans laquelle un arbitre doit choisir la proposition d’une seule des parties.

Le président de l’OPSEU/SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, a fait remarquer qu’il n’est toujours pas trop tard pour éviter une grève. « Je suis convaincu que nous pouvons conclure une entente à la table de négociations », a déclaré M. Thomas. « Une entente est possible; nous pouvons éviter une grève compliquée qui n’est dans l’intérêt de personne. »  

Autres mises à jour sur les négociations

L’avis juridique appuie les propositions du personnel scolaire

Tout au long de cette ronde de négociation, le Conseil des employeurs des collèges (CEC) a refusé à maintes reprises de négocier les questions importantes concernant la charge de travail, la dotation en personnel ou l'équité pour le personnel scolaire à charge...

FAQ sur la grève du zèle

Ce document sera révisé et mis à jour, le cas échéant Mis à jour le 16 décembre 2021Une grève du zèle est un moyen de pression durant lequel les employés font leur travail exactement comme indiqué par les dispositions de leur contrat ou de leur description de poste....

Grève du zèle : Phase 2

Commence à 00 h 01, le 3 janvier 2022 (Si aucun règlement ou aucun accord sur le prolongement des conditions existantes n'est conclu avant cette date) Focus L'imposition des conditions par la direction empêche l’établissement de bonnes relations de travail. Ce sont...